Fabrication masques AFNOR

Depuis mon dernier blog, les choses ont pas mal évoluées !Peluche portant un masque barrière

Les nouvelles recommandations des autorités sanitaires sont de porter des masques pour limiter les postillons, tout en continuant de respecter le confinement, la distanciation sociale et les gestes barrières.

Même si, à ce jour, le port du masque n’est pas obligatoire, il pourrait le devenir.

Je suivais déjà l’évolution des modèles conseillés et j’avais commencé à tester celui de AFNOR (il suffit de remplir ce formulaire pour recevoir les spécifications).

Masque barrière à plisPour faire court, cette semaine j’ai décidé de démarrer une petite production de masques – pour en avoir pour moi-même et ma famille, et pour en proposer à d’autres gens de ma ville en commençant par mes voisins.

Mardi j’ai distribué une première douzaine de masques à des voisins et depuis je continue à recevoir des demandes donc je continue !

Les matériaux utilisés

Dans ma production de masques barrières, je me base sur les recommandations du document technique AFNOR.

Puisque ce document est très technique, je me base aussi sur les explications et recommandations beaucoup plus sympathiques et faciles à comprendre de « L’atelier des gourdes »..

– eh oui, moi aussi je suis une gourde parfois !

Liens de sacs de congélationsUn des rajouts de « la gourde » : rajouter un lien de congélation dans la couture haute, pour avoir un petit truc métallique permettant de mieux faire épouser le masque à l’arrêt du nez. J’ai testé, j’ai trouvé que c’était plus efficace si je mettais 2-3 liens de congélations.. et j’ai très vite épuisé mon stock limité de ces machins..

J’avais fait tester un masque sans liens de congélation à mon mari. Il porte des lunettes. Comme le modèle « baille » un peu entre les pommettes et l’arrêt du nez, il s’est envoyé des bouffés d’air chaud derrière ses lunettes, créant un écran de buée moyennement efficace… Avec les liens de congélation, c’était un peu mieux.

Fil de fer et scotch ! Du coup, j’ai tenté de mettre un bout de fil de fer doublé, dans toute la largeur du masque, enveloppant les bouts pointus avec un peu de scotch. Et j’ai l’impression que cela améliore le maintient du masque, donc je vais continuer à utiliser cette méthode tant que j’ai des fournitures pour ça.

Car oui, étrange période, nous n’avons pas l’habitude de tomber à court de quelque chose et ne pas « juste » pouvoir en racheter ! Je reste bien sûre confiné chez moi… Masque avec des liens en ruban cadeau

Pour les élastiques, j’ai très vite épuisé mon stock ! Du coup me voila parti à utiliser le vieux stock de ruban en biais violet des années 70 et les rubans cadeaux – enfin bon, cela donne un certain charme !

En ce qui concerne le coton, j’en ai assez pour tenir très, très longtemps… je ne voudrais vraiment pas penser aux nombre de masques qu’il faudrait fabriquer pour épuiser mon stock.

Ok maintenant le mal est fait, j’y pense – mais comme je n’ai pas d’inventaire précis, je ne peux pas vraiment faire le calcul, ouf ! Disons juste que j’espère vivement que le Covid-19 est maîtrisé et oublié avant que mon stock de coton est épuisé …

Masque barrière

Il s’agit bien de masques « barrière » : que ce soit clair, je ne propose pas des masques qui protègent contre le COVID-19 ! J’aimerais bien, mais je ne suis pas équipé pour en faire.

Voici un petit texte que j’essaye de glisser avec chaque masque :

Masque « barrière » en coton suivant de mon mieux les normes AFNOR, à utiliser pour les sorties de courses etc. A porter max 3-4 h de suite, laver à 60° pendant 30 min et jeter si le masque se dégrade.

1 / Selon le modèle : mettre les élastiques derrière les oreilles (pour les petites têtes, raccourcir l’élastique en faisant un nœud) / nouer les rubans derrière la tête.

2 / « En haut », il y a un bout de métal pour aider le masque à épouser le nez (sur certains modèles ça ne marche pas très bien, ce sont des liens de sac de congélation – sur d’autres modèles, où le fil fait toute la largeur, il s’agit d’un bout de fil de fer replié et habillé d’un bout de gros scotch pour éviter que les pointes traversent – merci d’être vigilent sur ce point pour ne pas vous blesser !)

3 / Bien ouvrir le masque pour qu’il couvre de sous le menton à au-dessus le nez

A porter pour limiter les « postillons », ne protège pas contre le COVID 19 et ne remplace évidemment pas un vrai masque chirurgical.

Si questions, Tanja 06 95 65 81 51

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *