Archives mensuelles : mai 2020

« Flash info » La fin des masques gratuits chez Repatchit

Couture masques AFNORJ’arrête de fabriquer des masques en tissu de manière bénévole.

Voila, c’est dit !

Le 10 avril j’ai été parmi les premiers inscrits sur la plateforme d’AFNOR.

Je ressentais alors un très grand besoin de participer à la lutte contre la pandémie mondiale Covid-19 que nous vivons.

Espace de travailAu final, j’ai fabriqué presque 400 masques en 4 semaines, de bon cœur, de manière complètement volontaire et bénévole. Bon, 371 pour être exacte (oui, j’ai compté).

J’en suis très fière ! En retour j’ai eu énormément de gratitude, des dons de fournitures, de gourmandises (et parfois même de l’argent).

J’ai eu l’impression de répondre à une vraie détresse. Je n’ai pas compté mes heures et je n’ai pas compté les fournitures – tissu, fil à coudre, élastiques, rubans etc.

Mais maintenant je dois arrêter le bénévolat et je profite de la date symbolique du 1er mai pour formuler cela « officiellement » !

Pourquoi arrêter de fournir des masques gratuitement ?

Élastiques pour masquesC’est une décision prise en fonction de plusieurs facteurs. D’une part je suis arrivée au point où j’ai dû faire des dépenses pour racheter des fournitures afin de pouvoir continuer la production.Bobines vides

D’autre part, je vois se multiplier les vendeurs de masques, artisanaux et industriels et je ne trouve pas normal de continuer la gratuité quand autant d’autres se font payer pour un travail semblable. Je ne dis pas cela pour faire des reproches ; tout travail mérite salaire, ils ont bien raison de se faire payer – et je vais désormais faire pareil.

La création d'un memory quilt à l'atelier en FranceIl faut aussi admettre que je vois arriver le déconfinement et je dois moi aussi reprendre mon activité. Il se trouve que mon activité est justement la création textile, notamment les couvertures-souvenirs en patchwork, et que j’ai des commandes à honorer que j’ai laissé de côté trop longtemps déjà.La couture de patchwork à l'atelier Repatchit, de façon artisanale. Photo : twelve-photography.fr

Toutefois, je sais que j’ai encore une liste de gens qui m’ont demandé des masques et je ne souhaite pas les laisser tomber.

J’ai donc décidé d’inclure les masques lavables en tissu type « AFNOR » dans les créations en textiles recyclés que je propose en vente. A partir de lundi 4 mai, payants, tout comme mes autres créations.

Je suis sincèrement désolée pour les quelques personnes dans ma liste d’attente vis-à-vis desquelles je m’étais en principe engagée pour faire des masques gratuitement ; je recontacterai évidemment chaque personne pour savoir si elle souhaite maintenir sa commande ou l’annuler au vu des circonstances.

Les demandes de masques AFNOR

Atelier dans le salonQuand je me suis inscrite sur la plateforme d’AFNOR je ne m’imaginais absolument pas recevoir autant de demandes. Je pensais avoir une capacité de production d’environ 60 masques par semaine, mais j’ai été submergée par un véritable torrent de demandes. En deux semaines, de vendredi 10 avril quand la plateforme a été mise en ligne, au samedi 25 avril quand j’ai désactivé mon profil (pour éviter de trop stresser), j’avais reçu une bonne soixantaine de demandes pour un nombre de masques hallucinant.Modèle AFNOR

Chaque demande m’a semblé exprimer une détresse singulière qui méritait réponse. Mais déjà au bout de quelques jours, je me suis résolue à limiter mon offre à max. 20 masques par demandeur… J’avais des demandes allant de 1 masque à 5000 – et même une demande d’un devis pour 30.000 masques. Il était évident que je ne serai d’aucune aide pour quelqu’un qui a besoin de plusieurs centaines, voire milliers de masques !Découpage tissu pour masque

Honnêtement, j’ai été choquée de la provenance de certaines demandes, car j’ai eu des demandes de secteurs qui aurait dû être fournis en masque déjà…  et qui ne devraient en aucun cas être poussés à me contacter, moi avec mes tissus recyclés et ma bonne volonté dans mon petit atelier. Des écoles, des crèches, du personnel soignant, plusieurs municipalités, des représentants des forces de l’ordre et du tribunal ! Mais aussi des entreprises. Et bien sûr, des particuliers

La fin de la gratuité relative

Personnellement, il me semble normal que les masques soient gratuits, surtout pour les particuliers si cela devient une obligation d’en porter. Mais le fait que « ça devrait être gratuit pour les gens » ne veut pas dire que c’est à moi de les payer… et en les fabricant de manière gratuite, c’est en réalité cela qui se passe…

Je resterai à jamais très fière d’avoir contribué à l’effort collectif pendant la pandémie Covid-19 : je suis très contente d’avoir pu aider des gens dans le besoin pendant une période très difficile !

Mais j’espère que le pire est derrière nous et que nous pouvons commencer à retourner à une vie normale… ce qui implique entre autres de faire payer mes créations en textiles recyclés.

Pour finir, voici un aperçu d’une partie des masques que j’ai livré…

Sur ce, je vous souhaite à toutes et à tous une belle journée de 1er mai avec plein de bonheur.

Bad toro muguet de mai